Catégories
conférences

SSTIC 2013 – La couleur du net

Par Laurent Chemla

Pendant longtemps l’auteur à milité contre la régulation d’internet en expliquant que ce n’était qu’un outil, et qu’il fallait réguler les usages. Bon nombre de raisons ont été évoquées pour réguler l’internet. Atteinte au droit d’auteur, pédophilie, piratage, incitation à la haine raciale, arnaques en ligne etc…

Tout est la faute au net, évasion fiscale, guerre, photos de chatons, tout est la faute du net. Bien qu’internet n’est qu’un outil, et que sa régulation soit dangereuse pour les libertés, mais un outil ne peut être considéré totalement comme neutre. On parle souvent de la neutralité technique, mais on ne parle pas de l’influence sociale qu’a cet outil. Et sur cet aspect, l’internet est loin d’être neutre sociétallement parlant.

Exemple avec free:

La neutralité technique reste relative puisque certains choix techniques sont imposés à l’utilisateur. Dans l’ensemble la neutralité reste préservée à l’exception de certains points: le filtrage du port 25, le filtrage de la publicité, le mauvais peering Google/Free. Ces décisions ont un impact concret sur l’utilisateur et les usages qu’ils font de l’internet.

La divergence sur neutralité / filtrage se fait non pas sur la technique, mais sur les usages et la perception que l’on à sur le bien-fondé ou non de ces usages. Lorsque la décision technique impacte un usage positif, la société réagit négativement. Lorsque la décision au contraire impacte quelque chose de perçu négativement comme le spam, personne ne réagit sur le filtrage mis en place sur le port 25 en sortie chez free.

La défense de la neutralité technique d’internet n’est un prétexte qui n’est pertinent qu’a la marge. L’objectif réel n’est pas la pérennité de l’internet, mais de garantir qu’internet continue à changer la société.

La disparition des intermédiaires dans divers secteurs crée des tensions légitimes provenant de ceux qui voient disparaître leur métier. « La désintermédiation mène à la totale décentralisation ou à l’hypercentralisation. »

Autre problème posé par l’internet; la disparition des frontières  notamment sur la liberté d’expression, comme l’affaire twitter / UEJF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *