Catégories
humeur

MacBook Pro : Love at first sight


Le Macintosh depuis sa création en 1984 a eu des hauts et des bas. Le dernier né de la gamme est plutôt un top qu’un flop. Nous allons voir ce qui m’a intéressé dans ce dernier modèle.



Le début d’intérêt

Le MacBook Pro est pour moi l’ordinateur qui représente le mieux l’ordinateur Apple. C’est celui qui est arrivé dans le monde professionnel tout en diffusant son image à travers son ou ses propriétaires. Le premier MacBook en 2006 a fait arriver un PC de gamme professionnelle de couleur argentée alors que la plupart des portables professionnels restaient noirs (et respiraient l’austérité mais une certaine solidité, tel que le ThinkPad d’antan). On retrouve même des Macbook première génération en reconditionné à des prix délirants.

Il a enfoncé le clou lorsqu’il est arrivé avec son design et sa « coque » unibody en aluminium. C’est pour moi « une masterpiece » d’un point de vu design et désirabilité de l’objet. J’ai toujours voulu en acheter un mais je n’ai jamais trouvé le bon timing, préférant à l’occasion des portables plus conventionnels à des prix plus abordables.

La puce M1

Beaucoup en on parlé… Mais profiter de tout ce temps pour réussir à maturer un processeur de cette qualité est vraiment bien joué de la part d’Apple. Les résultats déjà impressionnants sur leur puce Bionic (iPhone) leur a donné des ailes, et il faut l’avouer la puce M1 est aujourd’hui seule dans sa catégorie. Elle est très économe et réellement puissante. Elle regroupe à la fois le CPU et le GPU. Les performances sur les déclinaisons PRO et MAX sont réellement époustouflantes. L’année dernière quand les premiers benchmarks sont sortis je m’étais déjà dit que cela pouvait être intéressant au moins pour tester… Et en vrai le MacBook Pro M1 d’entrée de game est déjà pas mal et positionné dans une fourchette tarifaire correcte. Cette année j’ai décidé de prendre la version PRO en 14p à des fin éducatives.

Les avantages

De mon point de vue :

  • Design, coque unibody, sensation de solidité (en contrepartie pèse assez lourd);
  • Silence total pour la plupart des tâches bureautique et d’administration;
  • Ecran retina le plus abouti sur un portable, la résolution, la colorimétrie et le contraste sont exceptionnels;
  • Trackpad bien intégré à la coque;
  • Touch ID très pratique, en attente maintenant du Face ID sur la prochaine version;
  • Sécurité intégrée (activation du chiffrement du disque par défaut)
  • Time Machine : c’est pour moi ce que devrait être aussi la sauvegarde sur tous les OS;
  • Montage vidéo : j’ai abordé récemment le montage 4K sur mon ancien ordinateur de bureau (Ryzen 7 2700X), et bien le MacBook Pro avec toutes ses instructions optimisées le bat à plate couture, je n’ai même plus besoin de passer par des proxies;
  • Le son de ce portable est excellent vu la taille des HP;
  • Le retour du port MagSafe qui est réellement pratique;
  • Le lecteur de carte SD pour vider les les appareils photo/vidéo;
  • Le shell ZSH par défaut sous MacOS (Oh-My-Zsh et Powerlevel10k).

Les inconvénients

Là je parle plutôt de problèmes liés au monde Apple, et pas lié forcément au portable directement :

  • Le plus gros point négatif pour moi, MacOS n’est pas une plate-forme de jeu, et encore moins après le passage sur une puce ARM;
  • Le bouton droit sur le trackpad n’est pas évident, et ça n’a jamais été la tasse de thé d’Apple (préférant la souris à un seul bouton);
  • La gestion des libraries sous MacOS peut parfois ressembler à la gestion du registre sous Windows (beaucoup d’informations peuvent être stockées) et la désinstallation peut être parfois compliquée;
  • Le clavier du portable est très bon, mais l’absence de certains caractères par défaut peut être déconcertant (combinaisons avec alt+maj);
  • Les ports USB-C sont beaucoup plus beaux d’un point de vue design, mais qui ne sont pas suffisamment répandus (Vais-je devoir changer toutes mes Yubikey ?);
  • Le prix des options est exorbitant (RAM, SSD NVME, etc);
  • Impossibilité d’ajouter de la RAM après coup car elle est soudée, mais la batterie est accessible.

Conclusion

Pour les créateurs de contenus, les artistes, le MacBook Pro reste le premier ordinateur de choix. Je pense qu’Apple vise avant tout cette catégorie de population. La fiabilité et la réputation d’Apple a ouvert aussi le chemin pour beaucoup de sociétés. On le voit avec les géants de la tech comme Twitter, Uber, Shopify ou encore Reddit. Les ingénieurs justifient cet investissement car les optimisations autour de la puce M1 permettent de diminuer par 2 les temps de compilation, donc un gain de productivité énorme pour tous les développeurs.

Pour moi, le MacBook Pro M1 (Pro/Max) est réellement le meilleur portable à ce jour sauf pour les gamers. Je suis satisfait de cet investissement et je pense que j’ai encore beaucoup de choses à découvrir…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.